Le bouddhisme : sa nature, ses doctrines et sa pratique dans le monde

Religion d’origine asiatique, le Bouddhisme est nés en Inde au Vème Siècle avant J.C. Son précurseur est SiddharthaGautama, plus connu sous le nom de Bouddha.

 

Origine et définition du bouddhisme

Véritable religion sur le continent asiatique, le bouddhisme est perçue en Europe comme une philosophie. Cette religion naît à la suite de l’éveil de Bouddha à l’âge de 35 ans. Véritable religion sur le continent asiatique, le bouddhisme est perçue en Europe comme une philosophie. L’éveil ou bodhi est un processus individuel par lequel l’homme s’éloigne du désir et de l’illusion qui sont les causes de la souffrance humaine, afin d’atteindre le nirvana. La pratique du bouddhisme implique des méditations, des rituels religieux sous forme de prières et d’offrandes, etc. Cette religion se présente sous plusieurs formes. Nous pouvons citer le bouddhisme ancien ou bouddhisme hinayana, le bouddhisme theravada, le bouddhisme mahayana, le bouddhisme vajrayana et le bouddhisme tibétain. Contrairement aux autres religions du monde, le bouddhisme ne fait pas allusion à un dieu créateur. Il s’agit essentiellement de la vénération et du culte de Bouddha.

 

Quelles sont les doctrines du bouddhisme ?

Quatrième religion mondiale, le bouddhisme, bien que d’origine asiatique est présent sur tous les continents. Cette religion est un ensemble d’enseignements ou Dharma hérités de son fondateur, Bouddha. L’enseignement bouddhiste a été consigné dans le Tripitaka et partage des points communs avec l’hindouisme. Il s’agit par exemple du karma, de la réincarnation, etc.

Les quatre nobles vérités sont le résumé de l’enseignement de Bouddha. Ces vérités englobent :

– L’existence de la souffrance ou duhkha ;

– L’origine de cette souffrance qui provient de la soif, du désir et des attachements.

– La fin de la souffrance qui ne peut provenir que de la suppression du désir ;

– Le chemin qui conduit à la fin de la souffrance. Ce chemin est la pratique de la morale bouddhiste.

Pour la doctrine bouddhiste, la soif ou l’avidité, la colère ou l’aversion et l’ignorance sont de véritables poisons pour l’esprit humain. Pour atteindre le nirvana ou libération de la souffrance, l’homme doit pratiquer un mode de vie sobre où l’accumulation des biens terrestres ne devrait plus être une priorité. Il s’agit ici de s’éveiller et d’abandonner ses désirs afin de renaître après sa mort. Cette renaissance dépendra entièrement des actions passées de l’homme ou Karma.

 

Le bouddhisme dans le monde

Les méditations bouddhistes sont prisées dans le monde entier puisqu’elles permettent d’éveiller la conscience. Pour cette raison, cette religion asiatique est considérée par certains occidentaux comme une philosophie ou tout simplement comme un mode de vie. Cette perception est par ailleurs favorisée par l’éthique bouddhiste qui interpelle l’être humain et lui propose de devenir responsable en mesurant les conséquences de ses actions et en pratiquant une morale qui permettra la purification de son corps, de sa parole et de son esprit.